Le reacteur a bacteries (RAB)

Le réacteur à bactéries ou RAB : ( biopellet, zeolith, charbon).


Sommaire

  • comment fonctionne un réacteur à bactéries ?
  • les bénéfices d'un réacteur a bactéries
  • les différents substrats d'un réacteur à bactéries
  • les dangers d'un réacteur à bactéries
  • la mise en route d'un réacteur à bactéries



Comment fonctionne un réacteur à bactéries

Un réacteur à bactéries comme son nom l'indique va permettre de développer la population bactérienne.
Cette biomasse bactérienne va être soit extraite par l’écumeur soit recyclée par la microfaune, animaux filtreurs, vers tubicoles etc....
Le substrat que l'on met dans le réacteur va servir de support bactérien, donc plus le substrat sera poreux et plus son effet sera visible sur les paramètres.

Les bactéries vont, en se multipliant, consommer :

  • de l'azote ( NO3 ou nitrate)
  • du phosphore (phosphate ou PO4)
  • du carbone (la fameuse méthode vodka , VSV, sucre, glucose....................)

et ceci selon la règle de redfield 106 pour le carbone, 16 pour l'azote et 1 pour le phosphate.
Le manque de l'un de ces éléments est appelé le "facteur limitant", car ce manque fait que l'assimilation des bactéries s'arrête.
Il faut bien assimiler le fait que si un des trois éléments clés manque ou n'est pas à un bon taux dans le ratio, l'équation ne marche plus, et les bactéries n'assimilent plus les autres éléments.

  • La carence de phosphate est en général due à un bac sous résine anti-phosphate; donc c'est très rarement un facteur limitant
  • la carence en azote est en général due à un écumeur surpuissant ou à une sous-alimentation; un apport en Acide Aminé gère le problème.
  • la carence en carbone est la plus fréquente, et là beaucoup de solutions. Si utilisation de biopellets, pas besoin d'apport, on verra plus loin pourquoi; sinon il y a un tas de façons que l'on retrouve sur le net. VSV, vodka, sucre, glucose etc (ceci fera un prochain article).


Les bénéfices d'un réacteur à bactéries

  • l'apport en bactérioplancton qui va avoir pour effet :
    • de développer la microfaune du bac qui va recycler le bactérioplancton
    • permettre de maintenir plus facilement les animaux non symbiotiques type gorgone
    • permet de développer les filtreurs, éponges, sabelles, mollusques etc........

 

  • épuration des nitrates , phosphates du bac par le développement de bactéries
  • une stabilité du bac accrue grâce au développement de la microfaune et filtreurs



Les différents substrats d'un réacteur à bactéries

Le réacteur à bactéries à charbon

Ce charbon est un charbon très petit permettant une zone de colonisation bactérienne plus grande, et il est très dur ce qui est préférable vu qu'on va le fluidiser; ce charbon n'est pas très disponible et à ma connaissance disponible chez tridacna et chez nitrobactere ( qui est a l'origine du RAB); ce charbon va s'user avec les frottements entre grains de charbon et donc il faudra faire un apport tout les 2 à 6 mois de charbon neuf.

L'inconvénient du réacteur à bactéries à charbon est

  • qu"il retire de bonnes choses comme les oligo éléments etc.
    donc là les changements d'eau sont importants, ou les apports d'oligo-éléments.
  • il faudra une source de carbone afin de compenser le facteur limitant.


voici a quoi ressemble ce charbon spécial RAB

dosage:1 litre de charbon pour 1000L d'eau

voici un exemple de réacteur à charbon ou biopellet

vous pouvez voir que l'eau arrive par le haut et va dans un fond conique pour éviter un passage favorisé dans le RAB.
le fait que la pompe ne soit pas en bas enlève le souci en cas d’arrêt de la pompe, d'avoir des grain de charbon ou biopellet qui ressortent par la pompe


Le réacteur à bactéries à biopellet

Le biopellet est un polymère (Polyhydroxyalcanoates) qui se dissout donc dans l'eau
son fonctionnement diffère peu de celui du charbon, la grosse différence est que dans le biopellet il y a déjà du carbone,
donc fini les ajouts de VSV, vodka ou autre. 
Le prix du biopellet est supérieur au prix du charbon mais après pas besoin d'ajouter du carbone (ce qui n'est pas non plus excessif et ne compense pas la différence de prix d'achat sauf si l'on veut automatiser cet ajout et là le prix d une pompe doseuse change la donne)

voici ce qu'est un biopellet

dosage: on est dans le même dosage que le charbon soit 1L pour 1000L

Le réacteur à bactéries à zéolithe

Le réacteur à zéolithe ou RAZ est né avant celui à charbon ou biopellet, il offre un développement bactérien moindre car moins poreux et plus gros que ses concurrents et la zone de colonisation est externe. 
Le réacteur à zéolithe a 2 inconvénients

  • il faut changer 2/3 de la zéolithe tout les 2 a 3 mois; on garde 1/3 pour ne pas repartir d'un substrat vide de bacteries.
  • la zéolithe n'est pas en mouvement dans le réacteur, cela est peut possible au vu de sa granulométrie ou alors en mettant une pompe très puissante mais le souci est que dans ce cas l'eau passe trop vite; il faut donc le remuer 2 fois par jour minimum; c'est pour cela qu'on a en règle generale une poignée au dessus de ces réacteurs, c'est pour pouvoir bouger la zéolithe


voici a quoi ressemble de la zéolithe.

dosage: 1kg pour 500 litres


Les autres anciens substrats

Ici nous pouvons classer plusieurs substrats, pour en donner 2 nous avons le sable (utilisé par bachir dans optr n°1), et plus ancien le Riz; nous ne développerons pas ici ces substrats ni les autres non cités car leur effet est bien moindre que les 3 précédents.


NBOn peut aussi mélanger les biopellets et le charbon; par contre n'ayant pas le même poids il faut faire attention que les 2 soient bien en mouvement aussi.
J'avais fait faire un réacteur d'un mètre de haut pour tester d'ailleurs.
Une petite photo avec mon fils a côté pour se rendre compte lol


Les dangers d'un réacteur à bactéries

Les dangers sont nombreux car le réacteur à bactéries ou RAB n'est pas une solution miracle, en récifal la solution miracle n'existe pas; on va essayer de lister une partie des risques

  • mise en route trop brutale (surdosage) qui produit un changement radical qui peut être fatal pour les coraux
  • une eau qui devient cristalline trop rapidement ce qui influe grandement sur la puissance que reçoit le corail et qui peut le brûler
  • un substrat mal brassé qui peut avoir pour conséquence de créer des poches d'hydrogène sulfuré
  • création d'un facteur limitant qui au final rendra le RAB inutile
  • une augmentation des nitrates phosphates si le bac ne contient pas assez de microfaune


La mise en route d'un réacteur à bactéries

La mise en route est assez commune pour tous

  • prendre une réacteur ou lit fluidisé
  • une pompe d'alimentation et la puissance sera déduite en fonction du substrat choisi et du diamètre du réacteur
  • commencer avec une dose réduite et augmenter au fur et à mesure en fonction de la variation de nitrate phosphate
  • gérer ses apports de carbone avec attention si le substrat n'est pas du biopellet, et de préférence les ajouter la nuit et encore mieux par pompe doseuse
  • diriger la sortie du RAB soit vers l'écumeur soit dans un refuge afin de recycler le bacterioplancton
  • se munir de test afin de vérifier le fonctionnement de son réacteur à bactéries
  • prévoir des AA au cas ou les nitrates "NO3" viendraient à manquer et que les coraux blanchissent
  • ne pas faire d'autre changement dans le bac pendant la phase de lancement sinon en cas de souci il devient difficile d'identifier le problème et de le résoudre




Petite vidéo d un RAB a charbon, ça doit bien bouger comme vous voyez 

et le futur ? quel substra t?

apparement nous avons déja le remplaçant des biopellets, il y aura 2 types:

  • les Nitra-Garde Bio-cubes
  • le Nitra-Guard Bio-Cubes de titane